Image

Finger-less (sock-)gloves +°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+ Mitaines(-chaussettes)

us-uk-flag Socks on my hands, why not?

I was rifling through my wardrobe a little while ago, to get rid of some old stuff and make place for the new, and I ended up with a lot of old socks ready to be thrown away. Contrary to most of the other clothes I wasn’t keeping, these socks were just too old to be used by someone else, but I still thought is was a pity to just throw them in the bin :/. So instead I looked up DIYs with old socks. After a while I found a finger-less gloves tutorial by Hannah from We Lived Happily Ever After, and I thought it was a cool idea, and it looked easy :), even for a newbie like me – she did say it took about 5 minutes. Well, it sure took me a whole lot more.

I might have mentioned before that I couldn’t sew to save my life. That was based on the fact that I know just the one stitch, and apart from sewing crocheted pieces together, the only thing I could do was repair holes – in a rather ugly way – and sew buttons back on. So these finger-less gloves were quite the challenge!

I had barely started cutting the first sock when I realised that Hannah’s pattern didn’t really have a thumb finger-piece, and I wanted one, so I kind of went: “What, you don’t know how to sew the thumb the way you want, but you want to try anyway? Sure, just continue cutting, you might ruin the whole thing, but you know, YOLO and all that!”. Luckily it worked out though XD. It took me quite a lot of time to finish one glove – I made the main finger part quite long because I hate it when it doesn’t cover your fingers a minimum. On the photos it might not seem so very long, but those are my sister’s hands, and mine are a bit shorter :P. After that the second gloves was both easier and more difficult to make; I had already made one, so I knew it was possible, but making the second the same as the first was not as forthcoming as I thought. I did manage it in the end though XD. I added a ribbon bow so it wouldn’t look to bare, and voilà! My first true sewing project 🙂

+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+

france_clip_art_14391 Des chaussettes sur les mains, pourquoi pas ?

Il n’y a pas longtemps j’étais en train de faire le tri dans mon placard, pour me débarrasser de vieux vêtements et faire de la place pour des nouveaux, et j’ai fini avec tout un tas de vieilles chaussettes. À l’inverse de la plupart des vêtements que je n’allais pas garder, ces chaussettes étaient juste trop usées pour être réutilisées par quelqu’un d’autre, mais je me suis dit que ce serait dommage de juste les jeter à la poubelle :/. À la place j’ai donc cherché des DIYs utilisant de vieilles chaussettes. Après quelques temps j’ai trouvé un tutoriel pour mitaines de Hannah de We Lived Happily Ever After, et je me suis dit que c’était une bonne idée, et ça avait l’air facile :), même pour une noob comme moi – elle a dit que ça prenait genre 5 minutes. Eh bien, ça m’a pris bien plus longtemps que ça.

J’ai peut-être déjà dit avant que je ne pouvais pas coudre même si ma vie en dépendait. C’était basé sur le fait que je ne connais qu’un seul point de couture, et qu’à part coudre des morceaux crochetés ensembles, je sais seulement réparer des trous – de façon plutôt moche – et raccrocher des boutons. Donc ces mitaines étaient un sacré défi !

J’avais à peine commencé à couper la première chaussette quand j’ai réalisé que le design de Hannah n’avait pas vraiment de vrai doigt pour le pouce, et j’en voulais un, du coup j’ai un peu fait : “Quoi, tu ne sais pas comment coudre le pouce de la manière que tu veux, mais tu veux essayer quand même ? Mais oui, vas-y, continue à couper, tu pourrais ruiner tout le projet, mais tu sais, YOLO et tout ça !”. Heureusement que ça a marché quand même XD. Ça m’a pris pas mal de temps pour finir le premier gant – j’ai rendu la partie principale pour les doigts plutôt longue parce que je n’aime pas quand ça ne couvre pas mes doigts un minimum. Sur les photos ça n’a peut-être pas l’air si  long, mais ce sont les mains de ma sœur, et les miennes sont un peu plus courtes :P. Après ça le second gant était en même temps plus facile et plus difficile à faire : j’en avais déjà fait un, donc je savais que c’était possible, mais un faire un second pareil au premier n’était pas aussi aisé que je l’aurais cru. Mais j’ai réussi en fin de compte XD. J’ai rajouté un nœud en ruban pour que ce ne soit pas tellement vide, et voilà !  Mon premier vrai projet de couture 🙂

Image

Scrump +°+ Souillon

us-uk-flag The cutest horrible doll ever!

“This is Scrump! I made her. But her head is too big, so I pretended that a bug laid eggs in her ear, and she’s upset because she only has a few more days to…” Lilo (Lilo&Stitch)

For 2016’s Toulouse Game Show in November, I took my old Stitch cosplay out of my wardrobe, but like every time I re-use a cosplay, I wanted something new. A new accessory, a new detail. So this time, I decided to make myself a Scrump doll.

I asked Google what patterns he could find me – yes, Google is a guy XD don’t believe me, ask Youtube 😛 – and I found a free pattern for 5mm hook from Kulukala Art, but I don’t have any yarn for that gauge, and I wanted a “life-size” doll, so instead, I decided to make my own pattern.

I searched different shops for a mint green cotton yarn that was as close to Scrump’s colouring as I could find, and it was for a 3mm to 3.5mm hook, so I made my pattern with that in mind. It took me quite some time to make the doll, as you can imagine. And it’s not like I could just crochet all day, I do have other things to do 😉 But I managed to finish Scrump in time for the TGS, as you can see in the last picture – yes, that’s me as Stitch 🙂

Isn’t my Scrump amigurumi cute? I wrote my pattern down while I worked, and then I spent hours making a beautiful bilingual PDF for you, so can try it out yourself if you want 🙂

You can get my pattern now on Ravelry or Etsy, and make your own Scrump!

+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+

france_clip_art_14391 La plus mignonne horrible poupée !

“J’ai Souillon ! C’est moi qui l’ai faite ! Mais elle a une tête énorme. Alors j’ai fait croire qu’une fourmi a pondu des oeufs dans ses oreilles et elle est pas contente parce qu’elle sait qu’il ne lui reste plus que quelques jours…” Lilo (Lilo&Stitch)

Pour le Toulouse Game Show 2016 en novembre, j’ai sorti mon cosplay de Stitch du placard, mais comme à chaque fois que je réutilise un cosplay, je voulais quelque chose de nouveau. Un nouvel accessoire, un nouveau détail. Donc cette fois-ci, j’ai décidé de fabriquer une poupée Souillon.

J’ai demandé à Google quels modèles il pouvait me trouver – oui, Google est un gars XD si vous ne me croyez pas, demandez à Youtube 😛 – et j’ai trouvé un modèle gratuit pour crochet 5mm de Kulukala Art, mais je n’ai pas de fil de cette épaisseur, et je voulais une poupée “taille réelle”, donc à la place j’ai décidé de créer mon propre modèle.

J’ai fouillé dans différentes boutiques pour un fil de coton vert menthe qui était le plus proche possible de la couleur de Souillon, et c’était un fil pour crochet 3mm à 3.5mm, donc j’ai créé mon modèle avec ça en tête. Ça m’a pris pas mal de temps pour faire la poupée, comme vous pouvez l’imaginer. Et ce n’est pas comme si je pouvais faire du crochet toute la journée, j’ai d’autres choses à faire aussi 😉 Mais j’ai réussi à finir Souillon à temps pour le TGS, comme vous pouvez le voir dans la dernière image – oui, c’est moi en Stitch 🙂

Mon amigurumi de Souillon n’est-il pas mignon ? J’ai écrit les instructions pendant que je travaillais dessus, et j’ai ensuite passé des heures à en faire un magnifique PDF bilingue pour vous, donc si vous voulez vous pouvez vous y essayer aussi 🙂

Vous pouvez obtenir mon modèle sur Ravelry ou Etsy, et fabriquer votre propre Souillon !

Image

Kumihimo diamond bracelet +°+ Bracelet kumihimo à losanges

us-uk-flag Get your threads ready!

Here I am again with a kumihimo bracelet, and this time I bring you the pattern (see picture below)! Like last time, I used the Craft Design Online website to create the diamond design, and get the starting order of my threads. I used my cotton threads for 2mm crochet hooks, in some of my favourite colours, black, purple and light pink – even though on the photos it looks like white, it is not :P. Of course, you can use other colours if you want 🙂

If you have never done any kumihimo before, I would not recommend using this pattern, for the simple reason that it has 16 threads. You could see that as being kumihimo level 2. If you are a beginner, it would be best is you started with a simple two or four coloured 8-thread pattern (level 1, if you will), that any beginner’s video tutorial will show you. After you made an 8-thread pattern, starting on a 16-thread one is not complicated; the movement is the exact same, there are just more threads on the disc to deal with.

For those kumihimo lovers out there that are ready to try out this diamond pattern, here are a few general tips:

  • Draw an arrow on your kumihimo disc to remember to always turn it in the same direction.
  • If for some reason you need to pause your braiding, mark either the last thread you used, or the next one you are supposed to use – that’s up to you – with a small piece of thread of another colour stuck in the disc together with the thread you want to mark (I usually use a red piece because it is a distinctive colour 🙂 ).
  • Tension on the threads while braiding is important for a regular-looking pattern, so you can attach something to the beginning of the braid when you have made a few rounds of the disc, to serve as a counterweight that pulls on the threads.
  • When a pattern has an even number of threads per colour – here for 16 threads, 8 black, 4 purple, 4 pink (see circle on the picture below) – you do not cut off 16 different threads of your yarn balls, but half of the required number – so 8 threads, here 4 black, 2 purple, 2 pink – folded in two. But even though I only cut 8 threads total of my yarn balls, it is a 16-thread pattern because once on the disc, I have 16 separate threads to braid with.
  • To estimate the length of the threads you need to cut off, you need to have about 3 times the length of what you want your end result to be, for every thread on the disc. So, for this bracelet, as it has an even number of threads per colour, when I cut my threads from the ball, I counted 6 times the end size of my bracelet per thread, because they were all to be folded in two. Either way, it’s always better to have threads that are too long than end up with too short ones ;).
  • Many kumihimo bracelets you’ll see while browsing the internet have one big loop at the beginning and small braids at the end to tie it to your wrist. Mine have what I’ll call ‘clean ends’, where no threads are visible. How do I do that? Well, let me try and explain 🙂
    • When I start my kumihimo braid, I have my threads, folded in two in the middle, and I tie that middle together with a little piece of metal thread (with a loose knot that I’ll be able to take out afterwards), then I pass a metal ring over one end of the threads to the middle as well, and I then place my colours on the disc just like the pattern below.
    • When I finish my braid, I take one thread out of the disc, and with a needle pass it through the braid, for about a centimetre, and pull through. I do the same with every thread, then cut them off where they come out as close to the braid as possible. Personally, I use then a felting needle – that I pass through that last centimetre to be certain that everything is fastened well, however it is not absolutely necessary. I then use a thick sewing needle that I use to make a hole about two to three millimetres from the end, and I then pass an opened metal ring through that hole, and close it. After that it’s all a question of attaching a clasp and voilà! A finished bracelet!

There you have it! Now it’s your turn to braid 😉

+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+

+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+

france_clip_art_14391 Apprêtez vos fils!

Me voici de nouveau avec un bracelet en kumihimo, et cette fois-ci je vous en donne le modèle (voir l’image ci-dessus) ! Comme la dernière fois, j’ai utilisé le site web de Craft Design Online pour créer le modèle à losanges, et obtenir l’ordre de départ de mes fils. J’ai utilisé mes fils en coton pour crochet 2mm, dans quelques-unes de mes couleurs préférées, noir, violet, et rose pâle – même si sur les photos on dirait du blanc, ce n’est pas le cas :P. Bien sûr, vous pouvez utiliser d’autres couleurs si vous le souhaitez 🙂

Si vous n’avez jamais fait de kumihimo avant, je ne recommande pas ce modèle-ci, pour la simple raison qu’il a 16 fils. Vous pouvez imaginer qu’il s’agit du kumihimo niveau 2. Si vous êtes un débutant, ce serait mieux si vous commenciez par un simple modèle à 8 fils à deux ou quatre couleurs (niveau 1, pourrait-on dire), que n’importe quel tutoriel vidéo pour débutant vous montrera. Après que vous ayez fait un modèle à 8 fils, commencer un modèle à 16 fils n’est pas si compliqué : le mouvement est exactement le même, il y a juste plus de fils sur le disque dont il faut s’occuper.

Pour les amateurs de kumihimo qui sont prêt à s’essayer au modèle à losanges ci-dessus, voici quelques conseils généraux :

  • Dessinez une flèche sur votre disque kumihimo pour vous rappeler de toujours le tourner dans la même direction.
  • Si pour une raison quelconque vous devez vous arrêter de tresser, marquez soit le dernier fil que vous avez utilisé, soit le prochain que vous devez utiliser – à vous de choisir – avec un petit morceau de fil d’une autre couleur que vous coincez dans le disque ensemble avec le fil à marquer (d’habitude j’utilise un fil rouge parce que c’est une couleur bien visible 🙂 ).
  • Il est important d’avoir de la tension sur les fils pendant qu’on tresse pour avoir motif régulier, donc vous pouvez attacher quelque chose au début de la tresse après que vous ayez fait quelques tours du disque, pour servir de contrepoids qui tire sur les fils.
  • Quand un modèle a un nombre pair de fils par couleur – ici pour 16 fils, 8 noirs, 4 violets, 4 rose (voir cercle sur l’image ci-dessus) – on ne coupe pas 16 fils différents sur les pelotes, mais la moitié des fils requis – donc 8 fils, ici 4 noirs, 2 violets et 2 rose – pliés en deux. Mais même si je n’ai coupé que 8 fils au total sur mes pelotes, c’est un modèle à 16 fils car une fois sur le disque, j’ai 16 fils distincts avec lesquels je tresse.
  • Pour estimer la longueur des fils à couper, il faut avoir environ 3 fois la longueur de ce qu’on veut comme résultat final, pour chaque fil sur le disque. Donc, pour ce bracelet, comme il y a un nombre pair de fils par couleur, quand je coupe mes fils de la pelote, je compte 6 fois la longueur finale du bracelet pour chaque fil, car ils seront ensuite pliés en deux. De toute façon, il vaut mieux avoir trop de longueur de fil que pas assez 😉
  • Beaucoup de bracelets en kumihimo que vous verrez en surfant le net ont une grande boucle au début et de petites tresses à la fin pour l’accrocher à votre poignet. Les miens ont ce que je vais appeler les « bouts propres », où aucun fil n’est visible. Comment est-ce que je fais ça ? Eh bien, laissez-moi essayer de vous expliquer 🙂
    • Quand je commence ma tresse de kumihimo, j’ai mes fils, pliés en deux au milieu, et j’attache le milieu ensemble avec un petit bout de fil de fer (avec un nœud facilement détachable par la suite), puis je passe un anneau de métal par le bout d’un des amas de fils jusqu’au milieu, puis je place mes couleurs sur le disque en suivant le modèle ci-dessus.
    • Quand je finis ma tresse, j’enlève un fil de mon disque, et avec une aiguille je la passe à travers la tresse, pendant environ un centimètre, puis je fais sortir le fil en entier. Je fais de même avec le reste des fils, puis je les coupe au raz de la tresse où ils sortent. Personnellement, j’utilise une aiguille à feutrer ensuite – que je passe à travers ce dernier centimètre pour être sûre que tout est bien accroché, mais ce n’est pas absolument nécessaire. J’utilise ensuite une grosse aiguille à coudre avec laquelle je fais un trou à deux ou trois millimètres de la fin de la tresse, puis je passe un anneau de métal ouvert à travers, et le referme. Après ça il ne manque plus qu’un fermoir, et tadaa ! Un bracelet terminé !

Et voilà ! Maintenant, à votre tour de tresser 😉

 

Image

Foldaway crocheted bag +°+ Sac en crochet pliable

us-uk-flag Let’s go shopping!

Long ago, when I started crocheting, I had bought some crochet supplies, and a book, Trendy Tassen: Haken en breien voor handige handen by Jaroslava Dovcová, in a shop in the Netherlands. Up until now, though, I had never used the book, because its patterns were only for bags – and when did I ever need one? I already have cute bags of all sorts ;). Still, I wanted to make one of the models in the book though, because I didn’t want to have bought it for nothing 😛 and so I looked at the crochet patterns available – there are also knitting ones – and found the so-called “nettas”, which means ‘net bag’. Rather obvious so far. I chose this pattern because I am a fan of foldaway bags – they don’t take much space, you can take them with you whenever you want, and use them only when needed :).

In the book, the bag was bright green and the pouch pink, but I wanted to a have a more sedate-coloured one, so I used my dark brown 2mm cotton yarn. Originally, the pouch was supposed to be made with a 3mm hook and the bag with a 2,5mm, but as my yarn was thinner, I used 2,5 and 2mm hooks. Even though the design is not difficult, I had some problems with understanding the description accompanying the diagrams – as the abbreviations are in Dutch, and I learned crochet in French and English (US version), so it was sometimes hard to grasp what I was supposed to do :/. But apart from the fact that making the netting is extremely repetitive (and boring :P), this bag was easy to make, though it took me a long time – I couldn’t make more than two rounds before wanting to do something else ;). The end result is great, however, and even if in the beginning it doesn’t look like the bag will hold much, it can actually carry quite a lot, as proven by the number of apples I managed to put inside XD.

+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+

france_clip_art_14391 Allons faire les courses !

Il y a longtemps, quand j’ai commencé le crochet, j’avais acheté du matériel pour crochet, et un livre, Trendy Tassen: Haken en breien voor handige handen de Jaroslava Dovcová, dans une boutique aux Pays-Bas. Jusqu’à maintenant, cependant, je n’avais jamais utilisé le livre, parce que les modèles qui s’y trouvent n’étaient que pour des sacs – et quand en aurais-je besoin ? J’ai déjà toutes sortes de jolis sacs ;). Mais quand même, je voulais faire un des modèles du livre, parce que je ne voulais pas l’avoir acheté pour rien 😛 et donc j’ai regardé les modèles pour crochet disponibles – il y en a aussi pour tricot – et j’ai trouvé le sac nommé “nettas”, ce qui signifie sac-filet. Normal. Ça se voit. J’ai choisi ce modèle-ci parce que je suis fan des sacs pliables – ils ne prennent pas beaucoup de place, on peut les emporter n’importe où, et les utiliser seulement si nécessaire :).

Dans le livre, le sac était vert fluo et la pochette rose, mais je voulais en faire un d’une couleur un peu plus calme, donc j’ai utilisé mon fil de coton marron foncé de 2mm. À l’origine, la pochette devait être faite avec un crochet 3mm et le sac avec un de 2,5, mais comme mon fil était plus fin, j’ai utilisé des crochets 2,5 et 2mm. Même si le design n’est pas difficile, j’ai eu un peu de mal à comprendre les descriptions qui accompagnaient les diagrammes – comme les abréviations étaient en néerlandais, et que j’ai appris le crochet en français et en anglais (américain), ce n’était parfois pas facile de savoir ce que j’étais sensé faire :/. Mais à part le fait que crocheter le filet était extrêmement répétitif (et ennuyeux :P), ce sac était facile à faire, même si ça m’a pris une éternité – je ne pouvais pas faire plus de deux tours avant d’avoir envie de faire autre chose ;). Le résultat final est super, par contre, et même si au début on a l’impression que pas grand-chose pourra rentrer dans le sac, on peut en fait y mettre tout un tas de trucs, comme on peut le voir grâce au grand nombre de pommes que j’ai réussi à rentrer dedans XD.

Image

Origami fish earrings +°+ Boucles d’oreilles poisson en origami

us-uk-flag Straight out of the aquarium!

The concept of origami earrings is certainly not new :P, but the first time I saw a pair was when I was in Japan last year; beautiful origami crane earrings that I bought as a souvenir for my mother – and she loved it :). It was a simple design, but the birds were tiny and shiny, and I thought, why not give it a try myself? It would make a perfect birthday gift for my Mom, and I have quite the collection of origami paper, having been fascinated by this art since I was a child.

A few years back I had bought some books with origami models, so I dug them out of my overflowing book-case and looked for something cute. Many models were 2D only 😡 and I was looking for a 3D one, but I finally stumbled upon the Japanese Fish in my book Origami 1 by Aytüre-Scheele :). As I wasn’t sure of the result, I first decided to make a pair of fish earrings for myself, to see if I could make them sturdy enough – I did not have the type of lacquer that was used on the crane earrings I had bought. So I took some black and silver origami paper, and folded it in a pair of fish. They turned out a little bit bigger than expected; otherwise the model looked nice enough. So I used my nail polish top coat to try and make them sturdier and somewhat waterproof, and I ended up having to use two coats to get a nice result. I then made a hole in the top of the fish and used a metal thread and stud-type earrings – which is the type I prefer 🙂 – and voilà! One pair of fish earrings xD

So, as everything seemed to work out quite nicely with my earrings, I did the same with a more colourful origami paper. This time I started out with smaller squares of paper to get better sized fish, even though it made it more difficult to fold and coat with polish, and I managed to make origami earrings for my mother – the dangle-type earrings, because that is what she prefers 😉

+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+°+

france_clip_art_14391 Sortis tout droit de l’aquarium !

Le concept de boucles d’oreilles en origami n’est certainement pas nouveau :P, mais la première fois que j’en ai vu une paire était quand j’étais au Japon l’année dernière : de magnifiques boucles d’oreilles grue que j’ai acheté en tant que souvenir pour ma mère – et elle a adoré :). C’était un design simple, mais les oiseaux étaient tout petits et brillants, et je me suis dit, pourquoi ne pas essayer moi aussi ? Ça ferait un parfait cadeau d’anniversaire pour ma Maman, et j’ai une assez grande collection de papier pour origami, puisque j’ai été fascinée par cet art depuis toute petite.

Il y a quelques années j’avais acheté quelques livres avec des modèles d’origami, donc j’ai fouillé ma bibliothèque sur-remplie pour les trouver et y chercher quelque chose de mignon à utiliser. Beaucoup de modèles n’étaient qu’en 2D 😡 et je voulais du 3D, mais je suis en fin de compte tombée sur le Poisson Japonais dans mon livre Origami 1 de Aytüre-Scheele :). Comme je n’étais pas sûre du résultat que j’allais obtenir, j’ai décidé de d’abord faire une paire de boucles d’oreilles poisson pour moi-même, pour voir si elles seraient assez solides – je n’avais pas la sorte de laque qui avait été utilisé sur les boucles d’oreilles grue que j’avais acheté. Donc j’ai pris un peu de papier origami noir et argent, et je l’ai plié en  une paire de poissons. Ils étaient un peu plus grand que j’avais prévu, mais sinon le modèle avait l’air assez bien. Donc j’ai utilisé mon vernis à ongles top coat pour essayer de les rendre plus costaud et quelque peu résistant à l’eau, et j’ai dû finalement mettre deux couches pour obtenir un bon résultat. J’ai fait un trou dans le haut des poissons et j’ai utilisé un fil de métal et des boucles d’oreilles de type clou – c’est le type que je préfère 🙂 – et voilà ! Une paire de boucles d’oreilles poisson xD

Par conséquent, puisque tout semblait bien marcher avec mes boucles d’oreilles, j’ai refait la même chose avec un papier plus coloré. Cette fois j’ai commencé avec des carrés de papier plus petits pour avoir des poissons de meilleure taille, même si ça les a rendu plus difficiles à plier et recouvrir de vernis, et j’ai réussi à créer des boucles d’oreilles origami pour ma mère – des boucles d’oreilles de type crochet, parce que ce sont ceux qu’elle préfère 😉